Jogging Passion

L'agenda des courses le plus complet de Belgique!

Mon premier triathlon – Triathlon de Namur 2018

Le classement du triathlon de Namur 2018 se trouve ici.

Le marathon est à présent un gros mois derrière moi à l’heure où je débute la rédaction de cet article. Je ne suis pas trop cassé, ni physiquement ni moralement, mais je sens que le corps a souffert (genoux, fascia plantaire, cheville) et je veux continuer de me défouler, de surfer sur la vague de mon état de forme, en donnant la préférence à des sports ‘portés’ moins traumatisants : natation et vélo.

L’idée coule donc de source : je vais m’inscrire à mon premier triathlon, le triathlon de Namur 2018, qui se déroulera le 15 août.

Il s’agit d’un « triathlon sprint ».

(source de l’image : https://fr.wikipedia.org/wiki/Triathlon#Comp%C3%A9titions)

Je pars de quasi-zéro. Certes, je « sais » courir, mais je ne roule que rarement, je ne nage jamais, et je ne vous parle pas de la gestion des transitions.

C’est ce qui me fait peur. C’est ce qui est passionnant. Je tiens mon 2ème défi de l’année !

Investissements

Passage obligé : les achats

  • j’ai pris en tout 2 cartes de 25 euro à la piscine
  • j’ai acheté un vélo sur seconde main : 450 euro
  • j’ai choisi une combi néoprène sur le site Wiggle (97 euro)
  • des lunettes de natation avec verres correctifs chez Hans Anders (49 euro)
  • une combi tri-fonction chez Décath (60 euro)
  • j’ai payé mon dossard : 30 euro

Entrainement

Et puis c’est pas tout d’acheter des trucs, mais j’ai commencé l’entrainement, depuis le 15 mai (jusqu’au 4 août, date de la dernière mise-à-jour de ce paragraphe) j’ai effectué ceci :

  • natation : 20 séances soit 15km
  • vélo : 14 sorties soit 402km
  • run : 20 sessions, soit 121km

Quatre ou cinq fois, j’ai enchainé vélo + course à pied (toujours difficile) et une fois j’ai eu l’occasion d’aller faire une répétition générale : nage en Meuse, rouler les 20km du parcours, et 5km sur le halage.

Objectif

J’ai aussi jeté un oeil sur le classement détaillé de 2017 , un fichier PDF de 7 pages (288 concurrents masculins), et je me dis que terminer en page 6 serait déjà une -très, très- franche réussite.

L’objectif est surtout de découvrir la discipline, et de prendre un maximum de plaisir.

GO !

Le jour de l’épreuve

L’événement est sold-out depuis le 17 juillet, et je suis déjà content de faire partie des participants. L’organisation par le TNT est super bien rôdée.

Nous sommes plus de 420 concurrents, dont 326 messieurs qui partent 5 minutes après les dames.

La Meuse – 700m
Nager en combinaison est difficile pour moi, les mouvements sont légèrement limités (combi trop petite?) , je n’arrive pas bien à faire la brasse dont les gestes me fatiguent, donc je me force à alterner avec du crawl, alors que je suis plus lent en crawl et qu’habituellement, cette nage me fatigue plus. Tout me fatigue en somme.
Je reste plutôt derrière pour avoir mon espace, ne pas me prendre des coups, ensuite, la raison change : je suis maintenu derrière tout simplement parce que les autres vont plus vite 🙂 Mon objectif était de ne pas sortir de l’eau en dernier, objectif atteint, puisque selon ma femme, 18 hommes sont encore sortis après moi, sur 326.

La T1
Dur dur d’enlever sa combi, les autres le font en courant, moi je dois marcher, car je sors un peu étourdi, mais surtout parce que la fichue velcro dans ma nuque ne se détache pas du tout grrr…
Je perds aussi quelques secondes imprévues pour retrouver mon vélo dans le parc puisqu’un génie du triathlon a décidé de mettre son pull sur le panneau de notre rangée. Ensuite, finir de m’extirper de la néoprène, essuyer mes pieds, enfiler chaussettes, chaussures, casque, attacher mon dossard et prendre le vélo le plus vite possible pour sortir de la zone et pouvoir l’enfourcher.
Cette T1 a pris trop de temps ( > 4 minutes), faudra peaufiner.

Vélo
Puis c’est parti pour 20km de vélo, on monte la Citadelle, on passe ensuite par Malonne, Floreffe, Bois-de-Villers (grosse côte), puis on rejoint le halage de La Plante. Bilan : je pense que je n’ai dépassé personne, à part quelques concurrentes en VTT, alors que moi je roule avec un bon vélo de course en carbone. Je termine le vélo avec une moyenne de pile 25 km/h sur le compteur, moins de 50 minutes (c’est mon record personnel sur ce parcours, dont j’ai fait la reconnaissance plusieurs fois).
Bref, j’ai été nul, mais j’ai été bon.

T2
Cette transition est plus facile, et je l’effectue dans un délai correct, notamment parce que je ne dois pas faire de lacets puisqu’ils sont en latex et pré-noués.

CAP
Et c’est parti pour 5km de course à pied, direction Amée, puis retour.
Après 300m, je sens que ça ne va pas aller. Je ne vais pas le finir, ce tri. Mes jambes vivent mal l’enchainement vélo – course à pied, les crampes menacent.
Je m’arrête, j’étire mes jambes sur le dossier d’un banc, puis je repars.
Ca a l’air de tenir ! Je parviens à pousser, je dépasse même des concurrents masculins, trois ou quatre. Finalement j’arrive au bout en tenant un rythme supérieur à 12km/h, ce qui est appréciable vu mon état.
Remarque : faites ça dans un jogging de 5km (par exemple à Loyers), et vous finissez 60ème sur 280, ça flatte encore bien l’ego, ça suscite l’admiration aux repas de famille, etc… Ici, il m’aurait fallu encore une minute de mieux pour à peine finir dans le top 50% de la course à pied. Ce n’est pas le même monde.
En jogging, les concurrents faisant 35 minutes ou + sur 5km peuvent représenter 15% du peloton. En triathlon S, ces personnes ne prennent pas le départ (ils constituent ici 2% pour dire vrai).

AU FINAL
Le fiston m’attend sur l’écluse, m’encourage, et court quelques dizaines de mètres avec moi. Je passe la ligne d’arrivée dans la dignité, sous les applaudissements de mes proches. C’est toujours priceless, ces moments-là.
Je pénètre dans le monde du triathlon par la petite porte, mais je suis bien là, parmi les finishers, dans le parc avec ma Houppe en main. Je suis triathlonien. Je suis content.

La suite

Je garde un oeil sur le monde du triathlon et je prends note de toutes les dates que je vois passer en 2018, pour éventuellement les mettre au calendrier de 2019 :